lundi 23 avril 2018

Avril fil à fil.







Et Avril très en soleil se défile 
Se découvre d'un fil à fil
Pour défaire sa vêture des jours sombres
Qui maintenant l'encombre,
Quand des fleurs boules blanches
Font se plier des arbustes les branches
Et que dans les plis de l'étoffe du temps
L'eau discrètement conduit son ruissellement
Indifférent à tous ceux qui ici passent,
Ombres promeneuses qui bien vite s'effacent,
Restent, ces angelots liés l'un à l'autre fidèlement, 
Un amour passionné polymérisé depuis longtemps
Sur lequel les saisons
N'ont plus raison.

JC Tannenbaum, directeur de la station d'art météorologique.


vendredi 23 mars 2018

Une ampoule mal vissée.





Saint-Sauveur, Haute-Saône.

Aux lumières de Mars indécises
Un paysage de pâture s'irise
Quand alternent éclairage et obscurité
Comme si vacillait une  ampoule mal vissée,
Une peinture dans un cadre aux ors noircis
Où l'on voit dans un décor pâle apparaître 
Au-dessus d'arbres mal verdis,  des êtres
Qui dans un mouvement de balancement 
Comme une horloge cadencent le temps.

JC Tannenbaum, directeur de la station d'art météorologique.

vendredi 9 février 2018

Bissextile.







Les rudes intempéries de Février
Ne vous invitent pas à vous aimer
Ce qui ne dissuade en rien Bissextile
Qui emporte Sextile dans une belle idylle
S'établir dans l'harmonie arithmétique
Au-delà d'un ordre au bégaiement dyslexique  
Car bien sûr à chiffre égal
Appartient l'effusion nuptiale
Qui sans équité
Ne saurait que trébucher!
C'est ainsi que maintenant ils sextilisent
Sans mécompte qui, bissextile indivise.

J.C Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

lundi 15 janvier 2018

A cloche-pied.






Janvier un long couloir de courant d'air
Sans vie dont on ne sait que faire,
Un passage sans plus, une avenue vide 
Maussade sous des jours livides,
Le temps à la peine, lentement s'enfuit
Et traîne avec lui les heures de l'ennui,
Apparaît une sorte de quadrige saugrenu
Que vient faire ici cet équipage farfelu?
Peut-être apporter une diversion
Pour tromper une fatale immersion,
Le voilà à pas lancés d'allégresse,
Faire trébucher les faux pas de détresse,
Janvier se laisse oublier, 
Et l'année s'engage à cloche-pied.

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

jeudi 21 décembre 2017

Quand le jour s'éteint.





Dans la nuit de Décembre
Il nous faut descendre, 
Tout au fond du sombre boyau,
Jusqu'au fatal fiasco,
Quand le jour s'éteint
Et que s'efface tout destin,
Alors la vie succombe
Dans les ténèbres d'une tombe,
Par le noir comme étouffée
Une année dans la nuit est oubliée
Où clignotent les lumières des sapins,
Vains clins d' oeil qui ne changent rien. 
A jours nouveaux comment y croire
Quand tout est à la nuit noire?

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.


lundi 11 décembre 2017

Décembre des cendres.





Ah! Décembre au triste dessein
Les foules noires des foires zin-zin
Où se pressent innombrables les ouailles
Mystifiées dans une grande pagaille,
Par quel Jésus Hallyday sont-elles initiées?
Une histoire entre vache et âne gris démodée,
Maintenant aux nouveaux flux magnétisée,
Des colifichets solidement capitalisés.

Et...  des sapins clinquants de Décembre,
Demain de ces arbre dépouillés, les cendres.

JC. Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

lundi 6 novembre 2017

Novembre au tendre.





La Rivière-de-Corps, Aube.

Quand Novembre est au tendre
Aux coeurs alors de s'éprendre,
Emportés sans tenir raison
Au risque des périls de saison,
A mourir comme le rosier de froid,
Non! insouciants et sans effroi,
Ils s'étourdissent au souffle de l'automne
En vaines tendresses post-scriptum.

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.