lundi 15 janvier 2018

A cloche-pied.






Janvier un long couloir de courant d'air
Sans vie dont on ne sait que faire,
Un passage sans plus, une avenue vide 
Maussade sous des jours livides,
Le temps à la peine, lentement s'enfuit
Et traîne avec lui les heures de l'ennui,
Apparaît une sorte de quadrige saugrenu
Que vient faire ici cet équipage farfelu?
Peut-être apporter une diversion
Pour tromper une fatale immersion,
Le voilà à pas lancés d'allégresse,
Faire trébucher les faux pas de détresse,
Janvier se laisse oublier, 
Et l'année s'engage à cloche-pied.

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

jeudi 21 décembre 2017

Quand le jour s'éteint.





Dans la nuit de Décembre
Il nous faut descendre, 
Tout au fond du sombre boyau,
Jusqu'au fatal fiasco,
Quand le jour s'éteint
Et que s'efface tout destin,
Alors la vie succombe
Dans les ténèbres d'une tombe,
Par le noir comme étouffée
Une année dans la nuit est oubliée
Où clignotent les lumières des sapins,
Vains clins d' oeil qui ne changent rien. 
A jours nouveaux comment y croire
Quand tout est à la nuit noire?

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.


lundi 11 décembre 2017

Décembre des cendres.





Ah! Décembre au triste dessein
Les foules noires des foires zin-zin
Où se pressent innombrables les ouailles
Mystifiées dans une grande pagaille,
Par quel Jésus Hallyday sont-elles initiées?
Une histoire entre vache et âne gris démodée,
Maintenant aux nouveaux flux magnétisée,
Des colifichets solidement capitalisés.

Et...  des sapins clinquants de Décembre,
Demain de ces arbre dépouillés, les cendres.

JC. Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

lundi 6 novembre 2017

Novembre au tendre.





La Rivière-de-Corps, Aube.

Quand Novembre est au tendre
Aux coeurs alors de s'éprendre,
Emportés sans tenir raison
Au risque des périls de saison,
A mourir comme le rosier de froid,
Non! insouciants et sans effroi,
Ils s'étourdissent au souffle de l'automne
En vaines tendresses post-scriptum.

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique. 

jeudi 5 octobre 2017

Au jour d'Octobre.







Montsauche-les- Settons, Nièvre.

Au jour d'Octobre, je les ai croqués vite fait
Tandis que dans le ciel ils tournoyaient
Sans que j'en connaisse la raison,
Peut-être une sorte de rituel de saison?
Toutes ces vies qui tout autour de moi
S'agitent sans trop savoir pourquoi
Le spectacle de tous ces êtres
Là au grand théâtre de leur paraître
Tous ces corpuscules par les courants d'air
Poussés à s'associer pour être et disparaître
Aux surprises de mille ellipses
Avant l'ultime éclipse! 

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

mercredi 13 septembre 2017

Dans l'ovale jaune.




Le Coudray-Saint-Germer, Oise.

Combien vite le ciel de Septembre
S'est rembruni sans attendre
Comme si quelque peu fâché
Il s'était hâté à désavouer l'été
Peut-être de l'avoir vu trop briller
II s'est trouvé par tant d'éclat humilié,
Et d'entretenir une fraîcheur prématurée.
Alors ils sont là et s'entre-tiennent
En attendant que l'inattendu advienne
Dans l'ovale jaune du clair jour
Aux sombres rougeoiements du contour.

JC Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.

jeudi 10 août 2017

Comme un ex-voto.







Qu'est-ce qui s'échappe de sa main
Fumée? ornement? aux contours incertains
Qu'il tient raide et droit comme un candélabre
Mais elle, au jeté pourpre du drapé, abracadabre
Peut-être nous est-il dit qu'au feu du ciel de l'été
Cette cape finira plis sur  plis par ces simagrées
De ne laisser de ce qui a été,
Comme un ex-voto,  cette fumée.

J.C Tannenbaum directeur de la station d'art météorologique.